En Egypte, la campagne présidentielle a été lancée ce 4 mai sur fond de violences et de répression. L'élection doit avoir lieu les 26 et 27 mai et le Maréchal al-Sissi, porté à la tête du pays après la destitution du président Morsi, part favori. Mais le contexte est terriblement tendu. D'un côté, les attaques terroristes contre les forces de l'ordre sont légion, et de l'autre, al-SIssi se livre à une véritable épuration des Frères musulmans. Plus de 1400 d'entre eux ont été tués, la justice se charge de condamner à mort ceux qui sont faits prisonniers. Encore aujourd'hui une centaine de membres de la confrérie ont été condamnés à 10 ans de prison.

Et puis il y a ceux qui sont torturés pour avoir soutenu le président déchu. Pour eux, les troubles psychologiques sont énormes. Et les médecins ne sont pas assez nombreux. Marion Touboul et Ahmed Hassan Sami ont rencontré des très jeunes victimes.